Antispéciste

Aymeric Caron

L'être humain s'inquiète du moindre bobo de son chien ou de son chat, mais mange du mouton, du poulet ou du cochon sans état d'âme. Une attitude d'autant plus incompréhensible pour Aymeric Caron, que le cochon est plus intelligent que le chien ou le chat et génétiquement plus proche des hommes... Aussi, cela signifie-t-il que tous les non-végétariens sont, sans le savoir, des « spécistes ». Le spécisme, par analogie avec le racisme, « désigne toute attitude de discrimination envers un animal en raison de son appartenance à une espèce donnée », explique le journaliste, écrivain et polémiste. L'antispécisme, c'est tout le contraire : une attitude qui refuse de favoriser les êtres humains au détriment des animaux. Pour asseoir son plaidoyer, Aymeric Caron place le lecteur face à ses incohérences et le bombarde de chiffres plus impressionnants les uns que les autres. Puis il élargit la réflexion pour proposer une société dans laquelle les animaux disposeraient d'un statut juridique. Une réflexion originale et magnifiquement documentée. Lire la suite

496 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x225

Chapeau

Citation presse

Citation texte

Le Monde : Dans la lignée du Plaidoyer pour les animaux du moine bouddhiste Matthieu Ricard (...), Aymeric Caron (...) assène des chiffres qui frappent la conscience des amateurs de viande, ceux-là mêmes qui cherchent à l¿apaiser.

Haut de page