Mon autopsie

Jean-Louis Fournier

De Il a jamais tué personne, mon papa à La Servante du Seigneur, l'oeuvre de Jean-Louis Fournier est habitée par la tendresse et la cruauté, l'humour noir et la poésie. Avec Mon autopsie, l'auteur se prend lui-même pour cible. « Je me souviens des retours de vacances à la mer, je me croyais irrésistible, je voulais que tout le monde le remarque avant que le bronzage ne disparaisse. Alors j'allais voir tout le monde. Plus tard, j'ai découvert que, vieux, même bronzé, on reste moche. » Poussant plus loin encore l'autodérision, Fournier se peint au lendemain de sa mort, allongé sur une table d'autopsie tandis qu'une belle Egoïne s'approche avec un burin à crâne, une scie vibrante avec extracteur, et des pinces à disséquer pour fouiller sa tête, son coeur et ses entrailles. Que diable va-t-elle découvrir de l'homme et de l'écrivain ? Disponible à partir du 1er septembre 2017 Lire la suite

198 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 130x215

Chapeau

Citation presse

Coulisses

« Le Grand Livre du Mois m'a choisi, quel à propos, je viens d'écrire un livre sur moi. Depuis des années j'écris des portraits de famille,mon père, ma mère, ma fille, mes deux garçons, mes femmes, cette fois j'ai décidé de me raconter, je ne pouvais pas écrire des mémoires, je ne suis pas Pascal ni Montaigne. J'ai choisi de faire mon autopsie. Je me suis inventé une charmante étudiante en médecine, qui va découper mon corps, que j'ai donné à la science. Elle va explorer l'intérieur de mon crâne, elle va découvrir mes idées noires et le bric-à-brac de mes pensées. Elle va retrouver dans mon coeur toutes celles que j'ai aimées. Je l'ai appelée Egoïne. Va-t-elle s'attacher à moi ? Je rêve d'une histoire d'amour entre un vieux mort et une jeune vivante. » Jean-Louis Fournier

Haut de page